Réunion « Urbanisme » : Résumé des interventions.

L'urbanisme

Le thème de la soirée concernait l’Urbanisme traitée en 2 parties

    • La première partie Urbanisme vers Libéralisme (Intervenant Pierre Mahaut)

L’aménagement du territoire a été développé par Pierre Mahaut en sa qualité d’ex Directeur Général adjoint à l’urbanisme de la ville de Limoges.

L’urbanisme pour quoi faire ?

C’est rechercher l’harmonie dans l’aménagement et l’occupation de l’espace (articulation entre bâti et non bâti), c’est rechercher aussi l’harmonie sociale, environnementale et économique tant à la ville qu’à la campagne.

L’urbanisme Comment ?

Pierre Mahaut dresse le tableau de villes avec une concentration à l’extérieur de centres commerciaux, d’usines,de zones de loisirs obligeant ( favorisant) le déplacement des populations vers les périphéries des villes vidant les centres villes, développant ainsi les transports (communs et personnels) et par conséquent ayant un coût financier et écologique.
Pierre Mahaut interpelle sur le pouvoir laissé aux Maires à travers par exemple la délivrance des permis de construire.(cf. la tragédie à la Faute sur Mer : des permis de construire délivrés dans une zone inondable)

L’urbanisme un droit républicain contrariant d’essence non libérale.

C’est éviter que n’importe qui construise n’importe quoi ; n’importe comment, n’importe ou. La recherche de l’intérêt général doit primer sur la somme des intérêts particuliers (quand le prix du mètre carré agricole par exemple passe de 1,5 euro du mètre carré à 65 euros en constructible), on voit l’intérêt particulier. C’est aussi la technique du caviardage du gouvernement : on gomme, on transforme ou réécrit les articles de lois les plus gênants (modification de la loi DUFLOT)

L’urbanisme un droit à contrarier.

C’est la technique de démission républicaine ou comment mettre en pièce l’administration d’état en mettant en avant la décentralisation ou comment recréer des féodalités en privilégiant le clientélisme, l’accointance et la connivence à la compétence

Bilan et Perspectives :

L’état prestataire est de moins en moins présent avec la disparition des services d’appui des ex DDE, des collectivités livrées à elles mêmes (y compris les moins solvables)

Mais pour conclure sur une note plus optimiste, Pierre Mahaut montre qu’il y a d’autres alternatives comme par exemple le conservatoire littoral qui fonctionne très bien et où l’état est parti prenante. Sur le même principe, pourquoi ne pas créer un conservatoire du foncier.
Il y a des idées qui progressent (développement durable, vivre ensemble, grands projets inutiles, mixité, qualité des paysages, écologie). Tous ces termes nés des débats citoyens font de plus en plus sens.

    • En deuxième partie Intervention de Jean Laplagne militant écologiste, membre de l’association Isle Terre de Gauche.

Il précise que le Plan local d’urbanisme (PLU) crée par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain du 13 décembre 2000 remplace le document appelé avant Plan d’Occupation des Sols (POS).

Le dernier PLU en date sur la commune a été adopté en 2011 et renouvelé en général tous les 10 ans. La majorité municipale actuelle a décidé de le réviser dés 2016 pour être opérationnel fin 2017 au motif que la commune connaît une des mutations urbaines et environnementales notoires.

Jean Laplagne insiste sur le fait qu’il existe deux zones naturelles (Aurence et Aiguille-pré des peupliers) et des espaces boisés qui doivent être impérativement protégées.

Isle terre de Gauche remercie tous les participants à cette réunion. Pour poursuivre le débat, on vous invite à consulter sur notre site dans la rubrique tribune libre la position de notre association sur les orientations de la majorité municipale sur ce thème.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.