Vers une réforme territoriale qui ne dit pas son nom

Avec la suppression de la taxe d’habitation et les économies demandées aux collectivités, on s’achemine vers moins d’investissements, moins de services, moins de fonctionnaires et vers l’impossibilité pour des communes et des départements de répondre à leurs missions de services publics. C’est la volonté affichée par Mr Macron, représentant du grand patronat et de la finance de gérer le pays comme une multinationale (il annonce la suppression de 70 000 postes dans la fonction publique territoriale et 10 milliards d’économie pour les collectivités sur 5 ans) Rappelons que le déficit lié à l’évasion fiscale se monte à 80 milliards. Cherchons l’erreur. Le peuple est traité avec les mêmes égards, au regard de la suppression de l’ISF pendant que les APL sont réduites et que la CSG va augmenter. Autant de mesures inégalitaires, et la liste est longue, qui démontrent bien les dégâts de la politique libérale engagé par ce président et ses soutiens. Président adepte de la pensée unique, la sienne, trop complexe pour être comprise des français, il empêche et interdit tout dialogue démocratique que ce soit dans les Assemblées en imposant les Ordonnances ou dans les entreprises avec les futures désastreuses réformes du code du travail. Y aura-t-il un réveil des consciences assez important pour faire infléchir ces dispositions et démasquer le candidat Chevalier blanc devenu élu Robin des riches. Il est important que les budgets des collectivités et ceux des ménages ne soient pas les variables d’ajustement de politiques anti sociales qui n’épargneront personne, que l’on soit à Isle ou ailleurs. Face au chant des sirènes macroniennes, partout sur le territoire les valeurs de gauche sont à faire valoir.

Bonne rentrée à toutes et tous

Les élus Vous, Nous, Isle à Gauche

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.