Assemblée Générale Isle Terre de Gauche

L’ actualité est marquée par une crise sociale inédite  dans son mouvement et son expression. Notre association n’a jamais cessé de dénoncer cette politique ultra-libérale en s’indignant contre la pauvreté et l’accroissement des inégalités.

Alors encore plus aujourd’hui qu’hier, nous devons porter des idées humanistes et de gauche pour protéger les plus démunis, pour défendre les services publics, pour militer pour une politique fiscale juste, pour protéger notre planète, pour faire respecter les droits fondamentaux de chaque humain…………….

Sachant que vous partagez nos idées, nous comptons sur vous pour soutenir nos actions et participer à notre assemblée générale.

LE  MARDI 12 FÉVRIER 2019  à 20h à la petite salle de la maison du temps libre à ISLE.

 

Compte rendu de l’assemblée générale

20 adhérents étaient présents.

La réunion débute à 20h 15

Le Président, Christian Vergara, souhaite la bienvenue aux présents et fait part des excuses qui lui sont parvenues, d’adhérents empêchés, ne pouvant participer à cette Assemblée Générale.

Notre association étant une association citoyenne, le Président souhaite, comme à l’accoutumée commencer cette Assemblée Générale par une introduction à caractère politique.

Intro Christian Vergara :

Qui aurait imaginé en mars 2018 à notre précédente Assemblée Générale, que notre pays serait traversé en fin d’année par une crise sociale de cette ampleur. Au demeurant personne, même dans la classe politique personne ne l’a prévue sauf quelques maires et députés qui avaient alertés les pouvoirs publics sur la situation sociale qui se dégradait.

Qui aurait pu prévoir qu’une contestation naît des réseaux sociaux avec comme revendication initiale la suppression de la taxe sur les carburants puisse déboucher sur une crise sociale inédite dans sa forme avec le port du gilet jaune comme symbole et l’occupation des ronds-points, inédite dans ses revendications protéiformes et notamment la remise en cause des institutions, inédite dans sa durée .

Cette crise exprime avant tout une souffrance sociale pour une partie de la population avec un chômage de masse et l’accroissement de la précarité au travail , cette crise montre aussi le mécontentement de plus en plus de citoyens et notamment des retraités avec la hausse de la CSG, cette crise est aussi la crise du pouvoir d’achat avec des salaires qui stagnent et des dépenses contraintes qui ne cessent de grimper pour les ménages. Logement, nourriture, carburant, taxes, énergie, assurance, mutuelle, transport………..deux FRANCE se font face celle des élites, des décideurs des métropoles qui prospèrent dans les quartiers des affaires, et celles des oubliés celle de la FRANCE profonde, celle des villes moyennes des petits bourgs, celle du monde rural mais aussi celle des quartiers populaires. On peut noter que cette population est peu mentionnée dans les débats. Fait inédit au début, ce mouvement social était compris par le monde agricole, par les petites entreprises, par les commerçants. Cela montre la profondeur de la fracture sociale.

Particularité de cette crise, le mouvement des gilets jaune échappe aux structures traditionnelles que sont les partis politiques mais aussi les syndicats. Cette pseudo virginité fait que le mouvement a été très largement soutenu par l’opinion publique, d’autant que la majorité de la population se retrouve dans leurs revendications. Augmentation des salaires, stop aux hausses des carburants, injustice fiscale, péage autoroutier trop cher, coût élevé de l’énergie notamment augmentation considérable du fioul domestique………autant de postes qui pèsent sur les ménages et notamment les plus démunis. ISLE TERRE DE GAUCHE adhère en grande partie à la plateforme revendicative de ce mouvement, d’autant qu’elle soutenait ses mêmes revendications lorsqu’elles étaient portées par les organisations syndicales.

Les revendications portent aussi sur le manque de services publics notamment dans les territoires ruraux : les hôpitaux de proximité, les gares, les bureaux de poste, des classes maternelles ou primaires ferment au nom de la fameuse orthodoxie budgétaire imposée par la commission européenne.

Et puis originalité de ce mouvement, c’est la remise en cause des institutions actuelles en revendiquant plus de démocratie participative et moins de démocratie représentative. Cette démocratie participative trouvant son expression dans le Référendum initiative citoyenne. Ce mouvement remet en cause aussi la personnalité clivante du président et son pouvoir jupitérien.

Dans le Canard d’octobre 2018, nous avions souligné l’urgence sociale en faisant un article sur le plan pauvreté en soulignant que les injustices sociales étaient de plus en plus grandes et en s’indignant notamment sur l’indécence de certains revenus notamment boursiers……26 grandes fortunes disposent autant d’argent que les 3,8 milliards les plus pauvres de la planète. Tout est dit dans ce constat. Dans le Canard de mai 2018, notre édito s’intitulait « le service public est en danger » Cela démontre que notre association citoyenne est bien en prise avec le vécu des millions de familles et avec le mouvement des gilets jaune.

Mais ITG tient à condamner la violence qui conclut chaque manifestation. On déplore les victimes.

On sait faire la différence entre la violence étatique portée par les mesures et décisions injustes, la violence organisée des casseurs et les manifestations de colère liées à l’exaspération des gilets jaunes.

Et puis il faut dire que parfois ce mouvement profère des idées racistes, homophobes, ultra nationalistes, anti écologistes que nous condamnons .

ITG constate que ce mouvement qui rejette toute forme d’organisation, peut être une force mais aussi une faiblesse. La division commence à gagner ce mouvement, et peut être que ce mouvement doit gagner en structuration notamment en se faisant aider par les partis politiques de gauche ainsi que par les syndicats. La France a une histoire sociale, avec des luttes sociales portées par les partis de gauche et par les syndicats ouvriers qui ont permis d’avoir les protections sociales d’aujourd’hui en matière de santé et de conditions de travail notamment.

Notre président organise un grand débat national et invite les citoyens à y participer. Pour ITG chacun est libre d’y participer mais notre réserve vient du fait que MACRON a dit clairement qu’il ne voulait pas changer de cap économique.

Une fois n’est pas coutume, notre Maire s’est essayé à un édito politique dans le dernier ISLE MAG de janvier 2019.

D’habitude ses éditos se concentrent sur la vie de la commune en ne cessant de répéter qu’ISLE est une commune à prendre en modèle en terme de développement péri urbaine et de bien-être, feignant d’ignorer la situation sociale dans sa commune.

Je vous invite à aller consulter le cahier de doléances mis à la disposition des citoyens en mairie. C’est édifiant sur le degré de mécontentement mais aussi sur la politisation des citoyens. Quoi qu’on pense de ce mouvement, c’est un moment historique qui permet au peuple de s’exprimer.

G BEGOUT porte un regard critique sur le mouvement des gilets jaunes et sans surprise indique que ce mouvement est récupéré par l’ultra gauche notamment. Presque rien sur la situation sociale qu’il exprime simplement par un malaise et non comme une crise majeure. Il ajoute que le référendum n’est pas la solution. À travers cette position, notre maire montre qu’il est opposé à toute décision émanant du peuple. IL faut préciser que G BEGOUT a soutenu la candidature de E MACRON. Tant dans la personnalité de Macron, que dans l’exercice du pouvoir, ou dans l’adhésion à la politique du ruissellement, notre maire se retrouve dans le Macronisme

Transition toute trouvée pour dire que dans le milieu de l ‘année 2019, il faudra réfléchir pour savoir comment constituer une liste plurielle de gauche à ISLE en vue des élections municipales de 2020 pour perpétuer la liste Vous Nous Isle à Gauche de 2014 et pour perpétuer le travail de nos élus en commission et conseil municipal. Il faudra s’y prendre suffisamment tôt pour éviter les précipitations de 2014 pour constituer la liste.

En mai 2019 il y aura aussi les élections européennes. Je me permets de vous rappeler que sur notre site il y a un diaporama de B DROBENKO qui a animé notre dernière réunion publique sur le thème de l’Europe. Ce document est essentiel pour mieux comprendre les institutions européennes et ses enjeux politiques. ITG doit militer pour un vote massif (le vote est un droit démocratique fondamental) et nous devrons avoir une expression dans ce sens sur notre prochain Canard d’Isle.

Pour conclure personne ne sait aujourd’hui comment cette crise va se terminer et sur quoi elle va déboucher. Mais nous pensons que des solutions existent pour sortir de la crise

Et 2019 comme en 2018, notre association portera un regard critique sur notre société en répétant inlassablement

– que la richesse doit être mieux répartie et qu’ il faut éradiquer la pauvreté

Qu’une partie des dividendes boursiers soient réorientés vers les salaires (oui à une augmentation du SMIC) et vers l’investissement pour relancer la croissance.

Non à la hausse de la CSG pour les retraités, oui à l’indexation des pensions sur le coût de la vie

Que l’on tende vers plus de justice fiscale, oui au rétablissement de ISF et à la suppression des paradis fiscaux. Attention ITG ne partage pas l’idée portée par certains gilets de moins d’impôts mais nous soutenons l’idée d’un impôt juste et redistribué vers les services publics. Avec l’argent des impôts des plus fortunés on peut envisager d’embaucher du personnel hospitalier et ne plus fermer d’ hôpitaux , arrêter toute fermeture de classe, de renationaliser le secteur de l’énergie , de suspendre la réforme ferroviaire, et pourquoi pas de redonner la gestion des autoroutes à l’État.

Avec de la justice sociale et moins de précarité, le citoyen est plus enclin à être moins en colère, à soutenir l’autre, à ne pas rejeter l’étranger, à ne pas prendre pour cible les homosexuels ou les juifs, à avoir de l’espoir, des projets, à espérer que ses enfants pourront accéder à des études supérieures

Avec plus de justice sociale et plus de pouvoir d’achat, tous les citoyens seront plus sensibilisés à l’urgence écologique.

Discussion :

RIC : ça risque dévier vers des débats qu’on ne souhaite pas, comme le rétablissement de la peine de mort.

Il vaudrait mieux redonner toute leur place aux Organisations Syndicales et aux partis politiques.

La société civile est organisée (CESE/CESER …). Il conviendrait de l’écouter.

Encouragement à aller voir, et participer, le cahier de doléances à la Mairie.

Les Organisations Syndicales n’ont dans les médias que la place que ceux-ci leur laissent.

Depuis 1982, et les années Thatcher, Reagan, Mitterrand, on nous répète qu’il n’y pas d’autre solution, ça finit par marquer les esprits et explique en partie la démobilisation des salariés. Même si les Organisations Syndicales ont une part de responsabilité.

Le GJ et les manips d’extrême droite.

Le mérite des GJ est de susciter le débat.

Les jeunes ne sont pas dans le mouvement.

Rapport Financier :

Présenté par Véronique.

On reste à 33 cotisations (+1)

Solde 2018 : 490 €

Dû au fait qu’on n’a sorti que deux journaux.

Discussion :

Les réserves ne sont pas énormes.

Avoir plus de recettes = faire plus d’adhésions.

Autres idées : participer à un vide grenier, repas républicain, etc.

Discussion sur le tarif de l’adhésion : augmenter, moduler, « à partir de », double tarif pour ceux qui veulent

Vote : Le rapport financier est adopté à l’unanimité des présents.

Rapport moral et d’activité :

Nous avons organisé deux réunions publiques :

  1. Linky avec ATTAC 87 :
    Plus de 70 participants. Quand on est en prise directe avec les préoccupations de la population, ça marche.
    Il est dommage qu’il n’y ait guère eu de suite citoyenne.
    Quelle que soit la fréquentation, il n’y a pas d’adhésion nouvelle.
  2. L’Europe avec Bernard Dobrenko

Deux journaux, au lieu de trois les autres années.

La fréquentation du site est stable, autour de 5000 visiteurs par an.

Les rubriques interactives ne suscitent guère de réactions.

Nous avons été invités à participer au Salon des Associations.

Discussion :

Au Salon des Associations, nous étions plus reconnus comme « Canard d’Isle » que comme « Isle Terre de Gauche ».

La population apprécie notre distribution militante.

Vote : Le rapport moral et d’activité est adopté à l’unanimité des présents.

Election du Bureau :

Certains membres ont souhaité, pour des raisons personnelles quitter le bureau, tout en restant adhérents.

Les raisons sont des évolutions professionnelles, déménagements, etc.

Il est proposé :

Président : C Vergara

Vice-Présidents : A Alamarguy et G Krausz

Secrétaire : C Riou et Secrétaire adjoint JC Romain

Trésorière : F Servole, Trésorier adjoint JP Besse

Responsable du site Internet : JY Pradeau

Membres : J Bozzo,

Membres de droit: D Faydi , P krausz

Le bureau, tel que proposé, est adopté à l’unanimité des présents.

Projets 2019 :

  • Poursuite des réunions, le Canard …

  • Améliorer les relations avec des Associations de la même mouvance qu’Isle Terre de Gauche.

  • Peser localement pour le vote aux européennes.

  • Participer à notre manière au débat citoyen.

  • Fiscalité ? Transports ? Tissu économique local ? Droit d’Asile ?

  • Démission d’une élue « Nous, Vous, Isle à Gauche », le suivant n’habite plus sur la commune, la suivante est Catherine Riou, accaparée par ses activités, le suivant est J-Paul Besse.

  • Il y a de fortes chances qu’il y ait une autre démission.

  • Début de réflexion sur une liste aux municipales de 2020.

L’Ordre du jour étant épuisé, la réunion est close à 22h 20.

Voir diaporama

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.